Critique Spectacles Théâtre Votre Week-End à Bruxelles

« SOISSONS DANS L’AISNE », L’ADDICTION COMME BAGAGE

CRITIQUE. « Soissons dans l’Aisne » – de et avec Riton Liebman – Mise en scène Gabor Rassov – Théâtre De Poche – Bruxelles – jusqu’au 22/02/2020.

Interdiction… ça commence mal !

L’histoire : Riton a 30 ans lorsqu’il débarque au « Château des buissons » à Soissons, dans l’Aisne. C’est sa troisième tentative de désintoxication. Il espère que ce sera la dernière. À son entourage, il a prétexté un voyage, des vacances.

Tout commence mal, dans le sens où tout est interdit : sortir seul de l’enceinte du château, écouter de la musique, rester dans sa chambre en dehors des heures réglementaires, pas de gestes violents envers les autres, pas de rapports sexuels avec d’autres patients… Le séjour promet d’être réjouissant. D’autant plus qu’il est loin de tout, de Paris, du show-biz, des potes, et de la drogue… Une drogue qui passe par tous les stades de consommation, inclus des médicaments pour calmer le manque. Et autour, rien, le vide, l’espace, la campagne, et… aucune pharmacie. Et puis, il y a les autres. Celles et ceux qu’il côtoie sur place quotidiennement et qui assistent aux réunions. Il va leur trouver des tas de défauts, se désintéresser d’eux, peut-être même les nier… Mais c’est sans compter sur l’attachement et la solidarité humaine qui prend le dessus, lorsqu’on est tous sur le même bateau face à « d’éventuels dangers ». Des dangers qui peuvent passer par la simple visite des familles.

Que va-t-il advenir de lui ? Et surtout que deviendront « ses potes de voyage » ?

Riton Liebman, auteur, réalisateur et comédien : Juste après sa sortie du château, Riton entame l’écriture de Soissons dans l’Aisne. C’était il y a vingt ans. Il fera appel à deux maisons d’édition pour son manuscrit, sans succès. Et abandonne l’idée de publier son livre. L’instinct lui dicte cependant que c’est du bon, et l’avenir lui donnera raison ! Si ce n’est pas un bouquin, ce sera une pièce de théâtre ! « Grâce, dit-il, au Théâtre de poche et à l’Ancre qui coproduisent la thérapie comique » son spectacle voit le jour.

Son principal intérêt : mettre en scène une situation drôle avec un sujet qui ne l’est pas : la drogue et ses dérives, l’addiction, la désintoxication. Il connaît évidemment très bien le sujet pour l’avoir vécu, et sa manière d’en parler est loin d’être glauque, morne. On se prend à avoir de la compassion et de la tendresse pour les personnes qu’il rencontre à Soissons (comme pour lui d’ailleurs) sans pour autant sombrer dans la pitié. Ils deviennent les personnages de sa pièce. Invisibles sur scène, les chaises les remplacent, avec un texte fort de l’auteur qui ne laisse pas les spectateurs indifférents. Pour Liebman ce spectacle « n’est pas pour ou contre la drogue, c’est l’histoire d’un groupe de personnages qui essaient de s’en sortir ensemble car seuls, ils n’y arrivent pas ».

Même si on peut parfois regretter un certain aspect du jeu, lorsque Riton Liebman se laisse aller, sans penser au texte, il est juste formidable, tant le corps accompagne l’esprit et la narration, parfois au son de la musique. Il est lui tout simplement.

En ce moment Riton Liebmann travaille sur un scénario qui tournera l’année prochaine : « Simon Déraille », à la base un roman qu’il adapte scéniquement. Et sur lequel travaille également le metteur en scène de « Soissons dans l’Aisne », Gabor Rassov. Ce dernier avait déjà collaboré sur le film réalisé par Liebman : « Je suis supporter du standard » et Riton a joué dans plusieurs des créations de Rassov, déjà depuis 1997, notamment dans « Néron ». Pour Rassov, « si l’addiction à la drogue est l’aspect le plus spectaculaire de ce phénomène, la consommation, elle, est la pierre angulaire de notre société. Une société qui encourage l’addiction et même la nourrit » et de préciser : « toutes les addictions : nourriture, sucre, objets, technologie, informations effrayantes, ». « Notre quotidien, en somme ». « Montrer que l’on peut se sortir de l’addiction sous toutes ses formes, poursuit Gabor, que ce soit un parcours douloureux et semé d’embûches, c’est un message d’espoir qui lui parait essentiel de partager ». (*)

Un beau texte, le sérieux teinté d’humour et le vécu comme touche particulière, « Soissons-sur-l ‘Aisne », un spectacle à découvrir jusqu’au 22/02/20 au théâtre de Poche. Riton Liebman, artiste complet, tant au cinéma qu’au théâtre.

Julia Garlito Y Romo

Scénographie : Stéphane Arcas / Lumières : Xavier Lauwers / Son : Marc Doutrepont. Une co-production du théâtre de Poche et l’Ancre-Théâtre Royal.

(*) Propos recueillis par le Théâtre de Poche

0 comments on “« SOISSONS DANS L’AISNE », L’ADDICTION COMME BAGAGE

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s