Bande dessinée Livres

BD. SANS CONTREFAÇON, JE SUIS LE CHEVALIER D’EON

BANDE DESSINEE. « Le chevalier d’Eon ». Tome 1/3. « La fin de l’innocence ». Dessin d’Alessio Lapo. Scénario d’Arnaud Delalande et Simona Mogavino. Editions Glénat, 56 pages, 14,50 euros environ.

Homme ou femme? Le chevalier d’Eon n’a pas fini de faire parler de lui. En témoigne cette nouvelle trilogie publiée aux éditions Glénat. Un récit construit sur une solide documentation et qui rappelle le rôle joué par ce personnage androgyne dans l’histoire de France

France, 1753. Sous le règne du roi Louis XV. A l’abri des regards et des oreilles indiscrètes, le prince de Conti, propre cousin de Louis XV, et le comte de Broglie, détaillent ensemble la création des premiers services secrets français. Un cabinet noir baptisé « Le secret du roi ». Tout en parlant, le prince de Conti observe par la fenêtre un jeune homme à l’entraînement aux armes dans le parc du château. Solide mais terriblement féminin dans ses traits. Il s’agit du fils d’un nobliau déchu, Charles d’Eon. Séduit, troublé par ce jeune homme, le prince de Conti a l’idée de le prendre sous son aile pour servir la France d’une étrange façon. Il décide de l’envoyer à Moscou, à la cour de l’impératrice Elisabeth 1ère. Grâce à ses traits androgynes, le chevalier d’Eon agira pour la France, mais déguisé en femme. Les ennemis qui complotent contre la puissance française, présents eux aussi à Moscou, baisseront-ils la garde face à cette femme à l’allure inoffensive? Combien de temps le chevalier d’Eon réussira-t-il à garder sa couverture de mademoiselle Auguste?

Avec « Le chevalier d’Eon. La fin de l’innocence » (éd. Glénat), ses auteurs reviennent sur l’histoire de l’espion le plus célèbre de l’histoire de France. Qui a fait couler beaucoup d’encre sur son genre. Le chevalier était-il une femme, un homme? Un angle qui n’a pas été repris par Alessio Lapo au dessin et le couple de scénaristes, Arnaud Delalande et Simona Mogavino. Pour eux, le chevalier d’Eon est un homme qui joue de son physique ambigu pour gravir l’échelle sociale, retrouver la place perdue par son père dans la noblesse. Tout en servant la France. Quitte à devoir, peut-être, se glisser dans le lit du puissant prince de Conti, lequel cache peu son attirance pour son mignon.

Une excellente BD historique, qui se savoure avec grand plaisir mais réclame une certaine connaissance de l’histoire. Pour mieux l’apprécier et comprendre les méandres de la diplomatie européenne du 18e siècle.

L’intrigue est solidement charpentée par Arnaud Delalande et Simona Mogavino. Et servie par le dessin précis d’Alessio Lapo. Un récit à base de complots, d’alliances et articulé autour de ce jeune chevalier pour qui le lecteur ressent d’emblée de l’empathie. Le deuxième tome de la trilogie est déjà prévu pour la fin novembre.

Philippe Degouy

Couverture éditions Glénat

0 comments on “BD. SANS CONTREFAÇON, JE SUIS LE CHEVALIER D’EON

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s