Bande dessinée Livres

BD. LE TEMPS JOUE POUR LES MOCHES

BANDE DESSINEE. La Chronique BD de Philippe Degouy.
« Une vie de moche ». Scénario de François Bégaudeau, dessin de Cécile Guillard. Editions Marabulles, 208 pages, 25 euros.

Elle s’appelle Guylaine. Difficile quand on a prénom qui rime avec vilaine d’accepter un physique jugé ingrat. Qui ne séduit personne avec ce visage éteint, cette peau pâle, une absence de poitrine. Une fille qui se croit moche et traîne son mal être de décennie en décennie, sans jamais connaître l’amour. De l’adolescence, période cruelle, à l’âge adulte, c’est long une vie de femme inutile.

L’entrée dans la cinquantaine va enfin lui redonner l’espoir. Comme une sorte de rééquilibrage avec les belles. Qui deviennent à leur tour moches, avec l’âge et les aléas de la vie. Pour Guylaine, la vie lui offre enfin un cadeau. Face aux hommes mûrs qui vont devoir revoir à la baisse leurs ambitions amoureuses, la voici devenue attirante. « La vieillesse est la grâce des disgracieuses. Cependant que les belles se retrouvent sur le tard à apprendre à être ignorées. »

Réalisé par François Bégaudeau au scénario et Cécile Guillard au dessin, Une vie de moche (éd. Marabulles) se lit comme ces carnets intimes rédigés par les adolescentes. Comment ne pas avoir envie de réconforter Guylaine au fil de cette détresse vécue jusqu’à la maturité. Cette cinquantaine vue par Guylaine comme une fin de peine. Sa souffrance face à la laideur prend fin.

Le dessin en noir et blanc, avec une mise en page vivante, renforce encore le manque de soleil qui habite Guylaine, sans cesse dans l’absence. De tendresse, d’amour, de petit ami, de compliments… Une BD sur l’ingratitude de la nature, qui classe les gens dans deux catégories, les beaux et les moches. La beauté est intérieure dit-on. Mais pas au point de consoler Guylaine, habituée aux mensonges de ses parents sur son physique.

Une vie de moche constitue assurément un très bel album. Sur le besoin et surtout la difficulté de s’accepter. De pouvoir dépasser les clivages et les canons de la beauté. Une BD qui doit se lire comme un message d’espoir. Non dénuée d’humour, elle se lit avec grand plaisir.

Philippe Degouy

viedemoche1

Couverture et illustration : éditions Marabulles

0 comments on “BD. LE TEMPS JOUE POUR LES MOCHES

Laisser un commentaire

Please log in using one of these methods to post your comment:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s