Art Expositions Votre Week-End à Bruxelles

RUDOLF POLANSZKY, « CHIMERA », ALMINE RECH BRUXELLES

ART. Rudolf Polanszky – 24 octobre – 21 décembre 2019 – Galerie Almine Rech, Ixelles (Bruxelles).

L’art de vaincre: l’impensable dans le pensable

Traces de mémoire entre le fragment et la totalité
Polanszky considère que son traitement des matériaux qui, dans notre système économique, sont généralement considérés comme des marchandises bon marché et endommagées provenant de la quincaillerie est un raffinement. Ses œuvres ressemblent donc à une parodie de matériaux «raffinés», tandis que les matériaux autrefois utilitaires sont désormais gratuits. utile. L’artiste les libère littéralement des relations de contrainte et d’utilisation qu’ils avaient précédemment prévues. Polanszky recherche donc une résistance sans valeur à l’adaptatif. L’artiste crée des assemblages dans un format pictural et sculptural qui portent toujours les traces du passé des matériaux utilisés. Les traces de la vie quotidienne, de l’usage et de l’usure relient toujours les œuvres de Polanszky à l’histoire des matériaux ressemblant à des objets qu’il transforme en quelque chose de nouveau, un « arrangement pseudo-géométrique » [1] et qui reflète l’esthétique de utilisation. Ce faisant, il transforme les traces d’histoires en un nouveau champ d’association et une nouvelle construction de sens pour ces matériaux apparemment sans valeur artistique. La création de la nature reste sous la forme de ses traces, par exemple, les feuilles ou d’autres matériaux naturels apparemment intégrés par hasard, conférant aux œuvres un caractère plutôt fortuit. Ils représentent également un contraste avec les matériaux synthétiques tels que le plexiglas, le polystyrène, les feuilles ou le caoutchouc mousse qui constituent les principaux ingrédients de l’art de Polanszky.
[…]
Dans les œuvres de Polanszky, le passé survit toujours dans le présent comme une trace de mémoire. Tant dans ses assemblages, qui attestent de la qualité durable de l’endurance avec le maintien des surfaces altérées et des matériaux cassés et conservent la mémoire de ce qu’ils étaient jadis, ainsi que dans ses sculptures et ses espaces dans lesquels les traces du passé ne sont jamais effacées , mais toujours préservé. Polanszky préserve la durée pour continuer la mémoire et la conscience individuelle et pour la conserver dans un présent avec du matériel libéré. Il considère le matériau trouvé accidentellement, apparemment sans valeur, ainsi que sa forme et sa texture comme le matériau qui culmine dans sa mémoire et dans celle de notre mémoire. L’artiste rassemble ensuite des matériaux libres «qui ne vont pas du tout ensemble» [2]. Dans sa pratique artistique, il combine ces «éléments quasi aléatoires», mais il souligne:

Dieter Buchhart
Press release

[1] Une conversation avec Rudolf Polanszky. 11 février 2015.
[2] «Blooming tardif: une discussion entre Rudolf Polanszky et Hans Ulrich Obrist», dans: Art Basel Miami Magazine (décembre 2018), 184–185
[3] Ibid., 186.

almine-rech-gallery-rudolf-polanszky-

0 comments on “RUDOLF POLANSZKY, « CHIMERA », ALMINE RECH BRUXELLES

Laisser un commentaire

Please log in using one of these methods to post your comment:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s