Bande dessinée Livres

BD. « LA MARCHE », OU LA VIE EN MODE ECHECS

BANDE DESSINEE. BD, la Chronique de Philippe Degouy.
« La Marche ». Scénario par Anne-Laure Reboul et Regis Penet. Dessin de Regis Penet. Editions Glénat, collection Vents d’Ouest, 120 pages, 22 euros.

Russie 1812. Les troupes napoléoniennes, en pleine déroute, fuient vers l’Ouest dans des conditions effroyables. Des civils français ont fui Moscou et les suivent. La peur au ventre de tomber aux mains des Russes. Et peu préparés à subir ce terrible hiver russe. Une dizaine d’entre eux ont perdu de vue les troupes françaises et cherchent une façon de rejoindre la France.
Dans cette tâche, ils sont guidés par Athanase, un Russe peu enclin à mourir pour ces étrangers. Des rapports de force s’établissent rapidement au sein du groupe. Malheur aux plus faibles. Face à la mort, qui peut se targuer de pouvoir exprimer un peu d’humanité pour son prochain?

« La Marche » (éditions Vents d’Ouest) constitue un roman graphique de toute beauté. Réalisé en noir et blanc, avec ce mélange de blanc intense et de noir profond. Une combinaison habile, qui souligne au mieux l’importance de cette nature. Impitoyable pour ces êtres fragiles, perdus dans ces vastes étendues enneigées. Impossible pour le lecteur de ne pas se sentir impliqué dans cette lutte pour la survie. Un drame dont on devine d’emblée l’issue, fatale pour la plupart de ses protagonistes.

Une lecture puissante et émouvante à la fois, que l’on doit au duo d’auteurs Anne-Laure Reboul, scénariste avec Regis Penet, également dessinateur de ces planches magnifiques d’intensité.

Une intrigue intimiste qui se déroule sur fond de retraite de Russie. Et ce même si l’aspect historique n’est en fait qu’accessoire dans le récit. L’accent est davantage mis sur les rapports humains. Des individus qui vont devoir accepter le sacrifice de certains pour assurer un peu de vie supplémentaire aux survivants.

Bonne idée des auteurs d’avoir présenté ce récit sous la forme d’un flashback raconté lors d’une partie d’échecs. Un jeu aussi cruel que la vie. Une partie mal débutée mène rarement à la victoire.

Philippe Degouy

lamarche1

Couverture : éditions Glénat/Vents d’Ouest

0 comments on “BD. « LA MARCHE », OU LA VIE EN MODE ECHECS

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s