Bande dessinée Livres

BD : GILLES DE RAIS, OU LA FIN D’UN MONSTRE

BANDE DESSINEE. La Chronique BD de Philippe Degouy.
 » Le Procès de Gilles de Rais « . Par Jean Pleyers, Néjib, Jacques Martin. Editions Casterman, 56 pages

Grand guerrier au service de la France, compagnon d’armes de Jeanne d’Arc, le puissant Gilles de Rais fut aussi l’un des pires criminels de l’histoire avec plus de 800 jeunes garçons enlevés, violés, égorgés et brûlés.  » Le Procès de Gilles de Rais « , éditions Casterman, retrace une vie marquée par la folie.

L’étau de la folie se resserre autour du cou du redoutable Gilles de Rais. Sa folie prend de plus en plus le pas sur sa lucidité. Non content de faire disparaître des garçonnets, égorgés, violés et brûlés, le maréchal de France s’en prend désormais au clergé dont il n’hésite pas à molester ses membres. Le sacrilège de trop pour l’évêque de Nantes Jean de Malestroit, bien décidé à faire comparaître son puissant adversaire. Pour Jhen, fidèle ami de Gilles, le temps presse pour l’aider à affronter l’épreuve qui l’attend avec le pardon de Dieu. Dans sa suite nantaise, Gilles de Rais revit l’origine de sa démence criminelle…

Avec  » Le Procès de Gilles de Rais « , Jean Pleyers et Néjib retracent l’une des affaires criminelles les plus sordides de l’histoire. Celle liée à un bourreau d’enfants, dont le nombre de victimes atteint une fourchette entre 800 et 900. Un assassin, fervent chrétien tout en pactisant avec le Barron (le diable). Un guerrier de valeur, adepte de messes noires. Etrange personnage que celui-ci, mort sur le bûcher sous les ovations d’une foule immense, réunie pour prier pour son salut.

Sur base du scénario fouillé rédigé par Jean Pleyers, le dessinateur Néjib livre des planches qui restent fidèles à l’esprit de la collection. Avec cette précision présente depuis le début de la série. Scénario et dessin composent un album qui mérite assurément sa place dans la collection. Le plaisir de lecture est bien présent. Pour le lecteur fidèle, la BD se referme non sans éprouver une certaine nostalgie. Voilà parti l’un des personnages marquants de la saga Jhen. Un criminel, certes, mais dont l’empreinte manquera. A son ami Jhen comme à nous.

L’album répond au souhait de Jacques Martin, non exaucé de son vivant hélas.  » Ce que j’aimerais pouvoir montrer un jour, c’est le moment où, sur son bûcher, Gilles de Rais demande à la foule de prier pour son âme. Tout le Moyen Age est résumé dans cette scène. »

Paradoxale en effet, cette séquence qui montre une foule de victimes pleurer et prier pour le salut du bourreau d’enfants. Un monstre qui a toujours déclaré avoir agi pour son « simple plaisir et sa délectation charnelle. »

Philippe Degouy

leprocesgdr

Advertisements

0 comments on “BD : GILLES DE RAIS, OU LA FIN D’UN MONSTRE

Laisser un commentaire

Please log in using one of these methods to post your comment:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s