Critique Festivals Spectacles Théâtre

FESTIVAL D’AVIGNON 2019 : Y A T-IL DES BELGES A AVIGNON ?

THEÂTRE. FESTIVAL D’AVIGNON 2019 : Y A T-IL DES BELGES A AVIGNON ? La présence des artistes belges aux festivals IN et OFF d’Avignon 2019.

Oui ! Deux fois oui, il y a des Belges à Avignon 2019 une fois ! Et il y en a beaucoup. Malheureusement pas dans ce « IN » moribond, qui désormais resserre son petit commerce sur le théâtre franco-français, avec moins d’une douzaine d’artistes étrangers invités, sur une quarantaine de spectacles… Alors qu’il fut, des temps jadis certes, un grand promoteur de la création belge… Mais ça, c’était avant. Où sont passés les Jan Fabre, Ivo Van Hove, Guy Cassiers, Alain Platel, Jan Lauwers, Josse De Pauw, pour ne citer qu’eux ? Si, l’an passé, le « IN » avait invité Anne-Cécile Vandalem, mais c’était pour « Arctique », une création dont elle aurait pu se passer, surtout après le magnifique « Tristesses ».

En tout cas plus -pas- de Belges au Festival « IN », c’est acté. Fort heureusement, il demeure dans le OFF deux grands viviers pourvoyeurs d’artistes belges, en dehors des détestables « one-man » et autres « comédies » soi-disant représentatives de la « Belgitude » qui prolifèrent et envahissent avec leurs trucs débiles (on n’ose pas dire spectacles), ras la touffe et bas du front, les plus mauvaises salles du OFF (Palace, Paris, Remparts, Laurette théâtre pour ne citer que ces gerbatives salles commerciales, dignes des « théâtres » des boulevards parisiens ou des pires salles bruxelloises ) : des « Sois Belge et tais-toi » et autres « Faites l’amour avec une frite »*, qui donnent une bien lamentable image du « théâtre » belge. Et sur lesquels on ne s’étendra pas, ceux-ci faisant le déshonneur de la « Belgitude » et la honte du OFF d’Avignon, même s’ils font le bonheur de tous les bofs de juillet et autres Gilets Jaunes incultes et lobotomisés (souvent les mêmes), grands amateurs de ces « Belgessen » à vomir, qui n’ont rien de délicates.

Non. On parle ici de véritables artistes du théâtre belge francophone. Ceux-là, on les retrouve un peu partout dans le OFF, mais surtout et singulièrement dans deux lieux qui leur sont dédiés -ou quasi- à commencer par le Théâtre des Doms, scène permanente à Avignon (toute l’année donc…), « ambassadrice » de la création belge francophone (!) et entièrement subventionnée (et fort grassement) par la Communauté Wallonie-Bruxelles.

Ce dernier présente en 2019, comme à l’accoutumée, une brochette d’artistes souvent jeunes et balbutiants, souvent « à découvrir » -sans présager forcément de la qualité artistique de ceux-là, la sélection des Doms obéissant à des règles disons… plus politiques qu’artistiques, en tout cas « diplomatiques » : on y trouvera notamment « Crâne » de la Cie De Facto (lire notre papier), « Suzette Project », de Daddy Cie, « On est sauvage comme on peut » du Collectif Greta Koetz ou encore Mochelan qui nous livre un truc du plat pays, un poil putassier, sur des textes de Brel intitulé « Le Grand Feu ». Rien de très bandant, quoi, en résumé.

Mais bon, on se rattrapera à La Manufacture, tout droit issue de Mons qui depuis des années -presque 20 ans !- s’évertue à nous présenter le meilleur des jeunes scènes belges en devenir -mais pas que, loin de là- et y réussit souvent, il faut le dire : ainsi des Fabrice Murgia et autres « gloires » belgo-belges sont-elles passées par là et depuis ont fait « carrière » à l’international. A l’heure où nous écrivons, la « Manu » ne nous a toujours pas fourni sa programmation OFF 2019, mais gageons qu’elle sera comme à son habitude cohérente et défricheuse. Pour exemple, en juillet 2018**, « Under Ice » d’après Falk Richter et mis en scène par Artūras Areima, « Heroe(s) » de Philippe Awat, « Cent mètres papillon » de Maxime Taffanel, « Hedda » de Sigrid Carre Lecoindre & Lena Paugam, entre autres, nous avaient particulièrement séduits. la Manufacture, une scène du OFF, certes, mais pointue, innovante et dorénavant bien plus intéressante (avec 100 fois moins de moyens) que la programmation convenue et étale du « IN » 2019…

Par ailleurs, un nouveau lieu consacré à la scène belge a ouvert en 2018, dans l’ancien théâtre Ninon, qui appartenait au regretté Stéphane Marteel, directeur de la Luna, décédé en 2017. L’Episcène se veut la « vitrine » de la Belgitude à Avignon Off, avec une programmation éclectique de jeunes talents, plutôt classique et passe-partout. Attendons de voir la suite.

Mais le Belge niche partout : si l’on fouille bien, on retrouvera d’autres Belges à Avignon, dans certaines bonnes salles (comme le 11-Gilgamesh, le Théâtre des Halles ou le Théâtre de l’Oulle). Car ceux-ci visiblement aiment beaucoup Avignon, et Avignon le leur rend bien.

Marc Roudier

* les titres sont approximatifs. Mais reflètent la « qualité » de ce type de « spectacle » à la Belge.
** Lire les critiques de ces spectacles sur http://www.lebruitduoff.com

under ice

Images: « Under Ice », Artüras Areima à La Manufacture, Avignon Off juillet 2018

 

Advertisements

0 comments on “FESTIVAL D’AVIGNON 2019 : Y A T-IL DES BELGES A AVIGNON ?

Laisser un commentaire

Please log in using one of these methods to post your comment:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Google photo

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s