Critique Spectacles Théâtre Votre Week-End à Bruxelles

FUNERAILLES D’HIVER, SATIRE DECAPANTE !

CRITIQUE. « FUNḖRAILLES D’HIVER » – Écriture Hanokh Levin ; mise en scène : Michael Delaunoy ; texte français : Laurence Sendrowicz (*) – Théâtre Le Rideau de Bruxelles (Jack Franck, chaussée de Waterloo, 94) – Bruxelles – jusqu’au 23/01/19 – Durée : 2h (sans entracte).

« Funérailles d’hiver : une farce burlesque avec chansons ».

Elle est âgée. Elle sent que la fin est proche. C’est bien plus que cela, elle sait qu’elle va mourir ce soir. Lui, son fils, un vieux garçon ayant toujours vécu auprès de sa mère, est à son chevet. L’angoisse de la vieille dame : que personne n’assiste à son enterrement, ni même ne se souvienne d’elle, alors que son passage sur terre est évident. Elle y a laissé une trace, elle y a vécu, il est donc normal que l’on soit présent lors de la cérémonie funéraire. Mais voilà, la cousine Shratzia, marie sa fille, Vélvétsia, le lendemain. Qu’à cela ne tienne, Latchek Bobitshek fera tout pour honorer les dernières volontés de sa mère.

Ce n’est pas un coup frappé à la porte qui va changer l’ordre des choses ! Des années à attendre ce mariage ! C’est clair comme de l’eau de roche, Shratzia ne veut rien savoir, en tout cas, pas officiellement. Pas question de décommander 400 invités et 800 poulets rôtis. Le mariage aura lieu quoi qu’il advienne. C’est sans compter sur la ténacité du cousin Bobitshek, dont la course poursuite, qu’il pleuve ou qu’il vente, ira bien au-delà de la plage de Tel-Aviv et des rencontres de personnages surréalistes.

Mais tout va-t-il se dérouler comme prévu ? Bonheur ou désillusion ? Dévoilons-nous tous notre vrai visage ou portons-nous un masque en définitive ? Un seul masque ? Pour le savoir, courrez découvrir ce chef d’œuvre !

Mise en scène :

Un mélange de cabaret et de vaudeville, « Funérailles d’hiver » va emmener le public de Tel-Aviv à l’Himalaya ; un voyage pas comme les autres, tout en musique et en chansons et, of course, l’art de la scène par excellence. Moderne, disjoncté, décalé et à la fois terriblement réaliste, ce spectacle « d’une sauvagerie raffinée » comme le dit si bien le metteur en scène lui-même, percute les mentalités. L’humour présent du début à la fin, n’enlève rien aux sujets sérieux de la vie et de la mort ; superficialité, égoïsme, faux espoirs, recherche de l’éternelle jeunesse, remords et lâcheté, guerre des « clans », amour et haine. Rien n’est normal sur scène et pourtant rien n’étonne. Comme si le fait de voler est à la portée de tout un chacun.

Un décor simple et multifonction (et ici, un clin d’œil au scénographe Didier Payen) : le Liégeois Michael Delaunoy signe ici une mise en scène bluffante de ce texte écrit dans les années septante, et cependant toujours aussi actuel. L’attention du public est happée du début à la fin, tant par le jeu que par les instruments de musique originaux (pour ne citer que cela). Les deux heures de spectacle passent à une vitesse grand V. Rien d’étonnant puisque Delaunoy, non seulement n’en est pas à sa première création et collectionne les prix. Également directeur artistique du Rideau de Bruxelles, cet artiste touche-à-tout avoue être un admirateur de l’excellent auteur, le dramaturge Israélien Hanokh Levin. Considéré comme une figure majeure du théâtre israélien contemporain, il a créé une cinquantaine de pièces, des recueils de poésie et de prose. Un « provocateur » tendre et humaniste, il « invente » et « crée » un théâtre bien à lui, comme le décrit Michael Delaunoy. Ce dernier ne manque pas de souligner également le talent de la traductrice de Levin en français : Laurence Sendrowicz, et on le comprend !

Une aventure belgo-suisse :

En effet, pour « Funérailles d’hiver », Michael Delaunoy fait appel à une équipe belgo-suisse. Il collabore avec la Compagnie du Passage, fruit de son amitié avec Robert Bouvier (lui-même comédien sur scène et adorateur de Levin), qui dirige la Compagnie du Passage de Neuchâtel. Ensemble ils monteront deux spectacles, dont celui-ci.

Le résultat ? Douze comédiens sur scène. S’il est vrai qu’absolument toutes et tous sont épatants sur scène (**), on remarque particulièrement Muriel Legrand, géniale dans le rôle de Shratzia ; Catherine Salée, irrésistible dans la peau de Tsitskéva ; Pierre Aucaigne, l’artiste  qu’on ne présente plus, complétement disjoncté sous les traits du professeur Kipernaï (entre autre) et, pour peu que l’on puisse imaginer à quoi peut ressembler l’ange de la mort, Franck Michaux « déchire » dans celui de Angel Samuelov !

« Funérailles d’hiver » à voir et à revoir ! J’y vais.

Julia garlito Y Romo

(*) Scénographie : Didier Payen ; Lumière : Laurent Kaye ; Costumes : Élise Vuitel ; Musique originale : Lee Maddeford et Muriel Legrand (comédiens sur scène) ; Son : Claude Kamber ; Chorégraphie : Clément Thirion ; Maquillages et coiffures : Mael Jorand ; Assistanat à la mise en scène : Quentin Simon et Laurence Maître ; Régie générale : Pia Marmier ; Régie Lumière : Gauthier Minne ; Régie son : Nicolas Stroïnovsky ; Habilleuse : Nina Juncker.

(**) Douze Comédien(ne)s (et entre autres acteurs-musiciens-compositeurs) sur le plateau : Franck Arnaudon (Rashèss, le père de la fiancée), Pierre Aucaigne (le professeur Kipernaï et Shahmandrina), Robert Bouvier (Latchek Bobitshek, le vieux garçon), Jeanne Dailler (Vélvétsia, la fiancée), Fabian Dorsimont (Popotshenko, le fiancé), Muriel Legrand (Shratzia, la mère de la fiancée), Lee Maddeford (Lishtenstein, un des joggeurs), Laurence Maître (Pshoshitsia, une jeune fille), Franck Michaux (Angel Samuelov, l’ange de la mort), Thierry Romanens (Alté Bobitshek -le père du fiancé- et Baragontsélé), Catherine Salée (Tsitskéva, la mère du fiancé) et Philippe Vauchel (Rosenzweig, un des joggeurs).

Création le 20 novembre 2018 au Théâtre du Passage (Neuchâtel CH). Production Rideau de Bruxelles / Compagnie du Passage.

rbph_01116_0106_alessiacontu

Photos Cosimo Terlizzi, Alessia Contu

 

Advertisements

0 comments on “FUNERAILLES D’HIVER, SATIRE DECAPANTE !

Laisser un commentaire

Please log in using one of these methods to post your comment:

Logo WordPress.com

You are commenting using your WordPress.com account. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

You are commenting using your Google account. Déconnexion /  Changer )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

You are commenting using your Facebook account. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s